EN NL DE
Aujourd'hui

"Le Verfügbar aux enfers - Une opérette à Ravensbrück" (opérette de Germaine Tillion).

Une occasion unique d'assister à un spectacle inclassable et exceptionnel au Mémorial de Breendonk, le vendredi 19 mai 2017.

Germaine Tillion (née en 1907) entre dans la Résistance dès 1940 ; elle a été une des responsables du réseau du Musée de l'Homme jusqu'à son arrestation sur dénonciation en août 1942.L’ethnologue de profession est alors déportée au camp de Ravensbrück, le 21 Octobre 1943, sous le régime N.N. (Nacht und Nebel, Nuit et Brouillard), destinée à disparaître sans laisser de traces. Refusant toute collaboration à l’effort de guerre nazi, elle est classée Verfügbar, c'est-à-dire sans affectation, «disponible» pour tous les travaux occasionnels. Durant ces travaux leplus souvent très lourds, elle observe la vie du camp. De cette observation naîtra une opérette inclassable, rédigée clandestinement durant sa captivité : "Le Verfügbar aux enfers - Une opérette à Ravensbrück". Avec humour, dérision, un sens aiguisé du grotesque, elle analyse, dissèque telle l’ethnologue qu’elle est le « Verfügbar », cette « nouvelle espèce zoologique bizarre ».

Germaine Tillion est décédée en 2008, à l’âge de 101 ans.

Marion Pillé (formée à l’Insas, Bruxelles) a monté ce projet, dédiant la création des « Souffleuses de Chaos » à son grand-père Jacques Pillé et à ses camarades de résistance et de déportation.

Quatre actrices (Siophie Jaskulski, Sophie Maréchal, Marion Nguyen Thé, Marie Simonet), un musicien (Simon Besème) et quatre marionnettes (conçues par Benjamin Ramon, Sylvie Lesou et Marie Simonet) donnent corps et voix aux tableaux qui se succèdent.

 

La pièce est présentér au Mémorial grâce à l’intervention du Conseil de transmission de la mémoire (Fédération Wallonie-Bruxelles) et du fond AW.

 

Henri Steenwerckx

Henri Steenwerckx (né à Louvain le 23 janvier 1923), un des derniers survivants de Breendonk et de Buchenwald est décédé le 28 janvier 2017. Henri Steenwerckx, membre du "Mouvement National Royaliste",  a été enfermé à Breendonk (sous le numéro 2412) du 6/10/1943 au 6/05/1944; il fut ensuite déporté vers Buchenwald. Il fut libéré le 11 avril et rapratrié le 7 mai 1945. 

Jean DUBOIS

Jean Dubois (né à Liège le 4 mai 1922), un des derniers anciens de Breendonk et de Mauthausen  est décédé le 7 janvier 2017 . Jean Dubois a été enfermé à Breendonk du  3 octobre 1942 jusqu'au 9 novembre 1942. A cette date, il est déporté avec ses amis de Genk (Limbourg) vers Matuthausen tem 9/11/1942; daarna ging hij met zijn Genkse kameraden richting Mauthausen. 

En mai '40, il a juste 18 ans lorsque les troupes nazies envahissent le pays. Il participe à la campagne des 18 jours et à son retour à Waterschei, il devient mezmbre de la résistance. Le 27 avril 1942, sur dénonciation, il est arrêté par la Gestapo et conduit successivement à la prison d'Anvers, au camp de Breendonk et est ensuite déporté comme détenu Nacht und Nebel vers Mauthausen (Autriche). Il sera un des rares survivants de ce convoi (10 personnes sur 250).

 

Apocalyps

Depuis cet été 2016, un œuvre d’art est à observer le long du canal qui entoure le fort. Il s’agit d’un travail graphique de Dirk Cortebeeck entamé à l’occasion de la chute du mur de Berlin. La philosophie de cette oeuvre s’intègre tant dans une série de travaux graphiques que de sculptures où les mains sont centrales.

L’artiste vous engage à prendre un selfie ou à vous faire prendre en photo en montrant vos mains, en avant-plan du travail Apocalyps, avec le fort en arrière-fond. Envoyez-la ensuite à vos amis avec un message à l’attention du monde : “Avec ces mains libres -, je travaille à un monde meilleur où l’égalité, le respect et la paix sont un droit ». Un message important en ce moment !

Ce projet a été réalisée en collaboration avec le Mémorial de Breendonk.

21 juillet 2016

Comme chaque année, le 21 juillet nous célébrons notre Fête Nationale.  Pour la deuxième fois, avec le support de La Défense et de l'Asbl Amis du Fort de Breendonk, le Mémorial National participera au 'Fête au Parc' à Bruxelles.  Nous vous accueillerons dans notre stand (nr. 17), dans la Rue de la Régence, de 10 à 23h.  Les jeunes y peuvent participer au jeu 'Peacekeeper' et gagner une visite gratuite au Fort de Breendonk!

http://www.mil.be/fr/fete-nationale

Travaux de rénovation : les baraques juives

Afin de remplir l’une des deux missions que lui a confié le législateur en 1947, à savoir « de veiller à la conservation perpétuelle des constructions et ouvrages du Fort » (art. 2), le Mémorial a consenti à d’importants investissements en fin d’année 2015. 

C’est ainsi qu’afin de sauver les « baraques juives » qui menaçaient de s’effondrer, des soutiens en métal galvanisé ont été placé afin de décharger en partie la charpente du poids devenu trop conséquent des toitures.  

Un traitement préventif et curatif du bois a été à cette occasion appliqué à l’entièreté des bâtiments. 

A terme, une nouvelle muséologie sera mise en place dans le baraques. 

Travaux de rénovation : les murs extérieurs 

Les murs fermant les deux cours d’appel présentaient également un état de délabrement avancé qui faisait craindre à un effondrement à moyen terme. Une société spécialisée dans le rejointoyage des façades a remplacé tous les joints qui s’étaient largement disloqués sous l’effet conjoint du temps et des intempéries.  De nombreuses briques ont également été remplacées. Pour se faire, nous avons mis à disposition de la firme des stocks de briques anciens afin de permettre de rester aussi proche que possible de l’état original. 

LE FORT DE BREENDONK  1914-2014 : NOUVELLES SALLES D'EXPOSITION

Message à l’attention des visiteurs

L’exposition consacrée à la Première Guerre Mondiale est difficilement accessible voire inaccessible aux personnes moins-valides. Nous tentons toujours de rendre un maximum d’espaces de visite du Mémorial le plus accessible possible. Cependant, le statut de monument historique et classé rend parfois les travaux d’adaptation impossibles.

 

 

En 1859, le Ministre de la Guerre, le lieutenant-Général Chazal explique aux Chambres sa proposition de créer à Anvers un « Réduit National », pour des raisons aussi bien militaires, politique qu’économique.

 

On prévoit alors d’entourer la ville d’une ligne de défense composée de forts détachés, construits à distance respectable de la ville (une dizaine de kilomètre sur moins).

 

Le fort de Breendonk.

 

Breendonk est un fort de second ordre avec caponnières conjuguées ayant à l’ouest le fort de Liezele distant de 4 kilomètres et à l’est celui de Walem, distant de 8 kilomètres. Entre Breendonk et Liezele se situe la redoute de Letterheide tandis qu’une zone inondable sépare Breendonk et Walem.

 

La guerre

 

Après la chute de la Position Fortifiée de Liège, l'armée de campagne se replie sur le Réduit National d'Anvers. Dès le 9 août 1914, le colonel du Génie Van Weyenberghe fait détruire près de 200 maisons de la ville de Willebroek afin de dégager la vue des artilleurs du fort.  Le 22 septembre débute la troisième attaque de la ville et du port d’Anvers, menée par le général von Beseler qui dispose pour ce faire d’une artillerie importante et de 120.000 hommes. Ce n’est cependant que le 6 octobre que le fort de Breendonk essuie son premier tir de 210mm. Deux jours plus tard, le fort subit un très lourd bombardement durant lequel, le Commandant Wijns, commandant du Fort est mortellement blessé. Le fort se rend alors.

 

Les combats

 

En plus de consacrer un espace à la construction du Fort de Breendonk et à sa place dans l’ensemble de la ligne protectrice d’Anvers, nous étudierons les combats à proximité du fort afin de restituer ce dernier dans l’histoire de la Première Guerre Mondiale.  C’est ainsi que seront abordés les durs combats livrés du 20 août au 5 septembre à proximité de des villes de Londerzeel, Breendonk et Willebroek (entre autres par le  12ème Régiment de ligne). Les combats sur le canal Willebroek-Bruxelles seront également abordés dans l’exposition, expliquant dans les grandes lignes les différentes offensives et lignes de repli jusqu’au Westhoek.

 

Willebroek, une ville en pays occupé: la vie quotidienne sous l’Occupation.

 

Dès avant la bataille, Willebroek souffre de la guerre : près de 200 maisons sont détruites le 9 août 1914 et une partie de Heidonk est inondée. Le 22 août de la même année, près de 2.000 fuyards et 5.000 soldats arrivent à Willebroek. Ils seront logés dans les écoles et les salles disponibles. Après la reddition du Fort de Breendonk, le docteur Persoons est nommé bourgmestre et administre la ville occupée. Commence une période difficile : rationnement, prélèvement obligatoire, envoi de chômeurs en Allemagne, les écoles fermées pour économiser le charbon,…

 

Alors que la ville subit l’occupation, les soldats mobilisés originaires de Willebroek publient au front le «Willebroeck aan ‘t Front » qui donne de leurs nouvelles.  Ce dernier sera présent »é (sous forme de copies).  Ainsi les habitants de Willebroek pourront tenter de retrouver des aïeux cités dans ce journal de campagne, créant ainsi une proximité plus grande avec les faits.

 

 

Les anciens détenus de Breendonk, anciens combattants de ’14-’18 : une galerie de portraits.

Nous désirons montrer que l’engagement de soldats en 1914, même s’il fut majoritairement réalisé dans le cadre de la conscription est, malgré tout, pour de nombreux appelés porteur du désir de « défendre sa patrie » et que cet état d’esprit anime encore ces mêmes Belges en 1940 lorsqu’ils s’engagent dans la Résistance.  Cela nous permet de montrer sur un demi-siècle que les motivations n’ont  in fine  que peu changé... 

Au-delà de montrer une continuité dans le combat et dans la pensée entre les deux guerres mondiales, cette partie de l’exposition nous permet de rappeler aux visiteurs l’histoire pour laquelle aujourd’hui le fort est –hélas !- devenu célèbre : son utilisation comme camp de transit par les nazis entre 1940 et 1944.

                  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                  

 

 

Actualité

Généralités
Demain
Aujourd'hui
Hier

Visite du Mémorial

Qui sommes-nous
Le Mémorial
Histoire
Visite virtuelle (vues a 360°)
Les artistes de Breendonk

Frequently Asked Questions

Historique
Pratique
Plan du Fort

Infos pratiques

Horaire d'ouverture
Trajet
Tarifs
Visites guidées
Restauration
Photographies
Règlement général de la visite

Le coin des profs

Introduction
Données pratiques
Infrastructure
Les témoignages audiovisuels
Salle interactive
Livre-mémorial
Plan de la visite
Dossier pédagogique
Séminaires et formation
Bibliographie commentée
& filmographie

Contacts & Liens

Guestbook
Contactez-nous
Liens

Réservation en ligne

Séminaires

Banque d'images