EN NL DE
Bibliographie commentée & filmographie

ARON Paul & GOTOVITCH José, Dictionnaire de la Seconde Guerre mondiale en Belgique, André
Versaille, 2008.

Un dictionnaire thématique bien utile, complet, récent et …belge.

ARENDT, Hannah Les Origines du totalitarisme et Eichmann à Jérusalem, Quarto Gallimard, Paris, 2002

BEDARIDA François, La politique nazie d’extermination, Albin Michel, Paris, 1989.

Depuis 1945, le phénomène nazi n’a cessé de hanter l’Europe. Et la mémoire du génocide continue d’interroger dramatiquement la conscience savante autant que notre conscience à tous. L’objet de ce livre est de faire le point des recherches les plus récentes et des connaissances historiographiques les plus assurées sur la politique nationale-socialiste d’extermination autour de quatre thèmes majeurs : les enseignements de l’historiographie, le contexte historique, les méthodes et les moyens et la mise en perspective du national-socialisme.

Le nazisme et le génocide, histoire et enjeux, Nathan, Paris, 1989

Brève synthèse qui pose les bonnes questions et y répond clairement

BEDARIDA François et GERVEREAU Laurent, La déportation, le système concentrationnaire nazi, Paris,
catalogue d’exposition, BDIC, 1995.

Catalogue d’une exposition tenue au Musée d’Histoire contemporaine-BDIC en 1995. L’ouvrage décrit le système concentrationnaire et les principaux camps. Il aborde également la mémoire des camps. Important et très complet.

BENSOUSSAN Georges, Histoire de la Shoah, collection Que sais-je ? Paris PUF, 1997

BOVY D. Dictionnaire de la barbarie nazie et de la Shoah, Luc Pire, 2007.

BROWNING Christophe R., Des hommes ordinaires - Le 101e bataillon de réserve de la police allemande et la Solution finale en Pologne, Les Belles Lettres, Paris, 1994.

C’est en utilisant les archives de procès et d’enquêtes judiciaires menées de 1962 à 1972 en République fédérale allemande à l’encontre de réservistes du 101e bataillon de la police que Christopher R. Browning a pu écrire ce livre. Il relate comment, dans la Pologne occupée, ils ont assassiné 38 000 juifs et en ont arrêtés 45 000, immédiatement déportés, puis gazés à Treblinka. Le récit précis, détaillé, des massacres et rafles commis par ces hommes est bien sûr pénible, pesant, mais se révèle indispensable pour mettre en perspective leurs personnalités. Ils ne sont point des spécialistes mais des hommes ordinaires, pour beaucoup quadragénaires, pères de famille, réservistes rappelés dans un corps chargé du« maintien de l’ordre » du fait de leur probable incapacité sur un champ de bataille. Cette recherche nous permet de comprendre comment ces hommes on pu perpétrer ces crimes.

Politique nazie, Travailleurs juifs, Bourreaux allemands, Belles Lettres, Paris, 2002

BRUTTMANN T., Joly L et WIEVIORKA A ; (sous la direction), Qu’est-ce qu’un déporté ? Histoires et mémoires des déportations de la seconde guerre mondiale, CNRS Editions, Paris, 2009

BURRIN (Philippe), Hitler et les Juifs : genèse d’un génocide, Seuil, 1989

Ouvrage clair et brillant, avec une intéressante mise au point sur l’opposition entre les thèses intentionnalistes et fonctionnalistes

CHEROUX, Clément (sous la direction de), Mémoires des camps : photographies des camps de concentration et d’extermination nazis, 1933-1939, catalogue de l’exposition, Paris, Marval, 2001

Ouvrage riche mais polémique.

CHARNY (Israel W.), Le livre noir de l’humanité. Encyclopédie mondiale des génocides, Privat, 2001

EISMANN G et MARTENS S (sous la direction) , Occupation et répression militaire allemandes. 1939-1945.

La politique de « maintien de l’ordre » en Europe occupée, Paris, 2007

pp. 106-126 Marjorie Courtoy, La question des otages en Belgique pendant la seconde guerre mondiale.

FORGES Jean-François, Eduquer contre Auschwitz, histoire et mémoire, Pockt, 1994

Une réflexion sur la transmission de la mémoire vers le public scolaire.

FRIEDLÄNDER Saul, L’Allemagne nazie et les juifs. 1. Les années de persécution (1933-1939), Editions du Seuil, Paris, 1997.

Un fond d’antisémitisme certain, un pays mortifié et appauvri par la défaite, la crise, l’inertie de l’opinion nationale et internationale, le fanatisme de Hitler, tout favorise la persécution des Juifs. La guerre seule permettra leur anéantissement. Dans cette genèse d’un génocide annoncé mais nullement inéluctable, Saul Friedländer rassemble les fils du filet qui va s’abattre sur les Juifs. Mais cette synthèse n’est pas qu’un nouveau livre sur un processus criminel. Nourri de documents souvent inédits, sans thèse polémique ni passion déplacée, cet ouvrage donne une dimension humaine à ce qui n’est trop souvent qu’un constat glacé en tissant avec la trame des faits, la chaîne des témoignages des bourreaux, des victimes ou de simples individus.

GOLDHAGEN, Daniel Jonah Les bourreaux volontaires de Hitler. Les allemands ordinaires et l’Holocauste, Coll . Points P.467, Paris, 1998.

Très discutable sur le fond. L’auteur étudie la société allemande et arrive à la conclusion que c’est l’éducation antisémite typiquement allemande (et exacerbée à la fin du XIXe siècle) et la propagande nazie qui ont rendu le génocide possible en Allemagne. Sans un accord tacite de la population, le génocide n’aurait pas pu avoir lieu : les Allemands sont donc bien des « bourreaux ordinaires ». Son étude du 101e bataillon comme Christopher Browning l’amène à des conclusions très différentes.

GRYNBERG Anne, La Shoah, l’impossible oubli, Gallimard Découvertes, Paris, 1995.

A l’aube de la Deuxième Guerre mondiale, les 9 millions de Juifs européens présentent une image, diversifiée : tradition et modernité, repli sur soi et acculturation, observance religieuse et laïcité. Pendant la Shoah, plus de 5 millions d’entre eux sont assassinés, au nom de l’idéologie raciste d’Hitler. Marginalisation, exclusion, expulsion, transferts forcés, enfermement dans les ghettos… autant d’étapes avant la « solution finale », la « liquidation de la race juive », mise au point froidement, technologiquement par les nazis. Par convois entiers, hommes, femmes, enfants sont déportés « vers l’Est », dans les centres de mise à mort.

HAKKER Jos, La mystérieuse caserne Dossin à Malines. - Le camp de déportation des Juifs, Ontwikkeling Liège, 1944.

HILBERG Raul, La destruction des juifs d’Europe, Gallimard-Folio-Histoire, Paris, 1988, 2 tomes.

La destruction des Juifs d’Europe est, au plan international, le livre de référence sur le génocide. Le génocide – unique dans l’histoire par son caractère systématique - fut l’oeuvre de toute une société moderne et industrielle, mobilisant spécialistes, comptables, juristes, ingénieurs, médecins, fonctionnaires, policiers et soldats - tous ancrés, à leurs divers niveaux, dans les habitudes d’ordre, de respect de la hiérarchie et de souci de l’efficacité - pour conduire sans grands heurts le mécanisme de la Solution finale.

Exécuteurs, Victimes, Témoins, Folio, Paris, 1994

HÖSS Rudolf, Le commandant d’Auschwitz parle, La Découverte/Poche, Paris, 2005.

Dans sa première édition, en 1959, le Comité international d’Auschwitz présentait ainsi ce livre : Rudolf Hoess a été pendu à Auschwitz en exécution du jugement du 4 avril 1947. C’est au cours de sa détentionà la prison de Cracovie, et dans l’attente du procès, que l’ancien commandant du camp d’Auschwitz a rédigé cette autobiographie sur le conseil de ses avocats et des personnalités polonaises chargées de l’enquête sur les crimes de guerre nazis en Pologne. [...]

KERSHAW Ian, Qu'est-ce que le nazisme ? Problèmes et perspectives d'interprétation, Paris, Gallimard, Folio histoire, 1992

Très bonne synthèse par l’auteur de la phrase célèbre : « si elle fut le fruit de la haine, la route d'Auschwitz est pavée d'indifférence

KLARSFELD Serge et STEINBERG Maxime, Mémorial de la déportation des Juifs de Belgique, Association des Anciens déportés de Belgique e.a., 1982.

Une histoire des convois qui sont partis de Malines, à destination d'Auschwitz; publication de la liste des noms des déportés.

KLEMPERER Victor, LTI, Langue du III eme Reich, Albin Michel, 1996.

Romaniste et philologue d’origine juive, marié à une non-juive, Klemperer analyse dans son Journal, la langue du Troisième Reich, caractérisée entre autres par sa pauvreté, la surutilisation de certains termes (Volk,…) et l’utilisation des superlatifs, des euphémismes et d’abréviations diverses, dont il tire le titre de son ouvrage (LTI = Lingua Tertii Imperii).

KOGON Eugen, L’Etat SS, coll. Points-Histoire, Paris, 1993

Paru en 1946 et écrit par un survivant de Buchenwald (1939-1945), ce livre reste presque 70 ans plus tard une référence pour comprendre le fonctionnement interne de l’univers concentrationnaire.

KOTEK Joël et RIGOULOT, Pierre Le siècle des camps, JC Lattès, Paris, 2000

L’exposition belge à Auschwitz. Le livre, Musée juif de la Déportation et de la Résistance, Malines, 2007.

Le livre de présentation de l’exposition belge dans le bloc XX à Auschwitz, inaugurée en mai 2006.
L’histoire de la déportation des Juifs de Belgique, transport par transport. Riche iconographie.

LANZMANN Claude, Shoah, Gallimard éditions Folio

La retranscription des témoignages du film-fleuve “Shoah”. Les victimes aussi bien que les bourreaux y ont la parole.

LEFEVRE B. & FERHADJIAN S. (sous la direction), Comprendre les génocides. Comparer-Enseigner, Editions Bréal, 2007

LE MANER, Yves, Déportation et génocide- 1939-1945-Une tragédie européenne

Le catalogue de l’exposition crée par le directeur de la Coupole à Saint-Omer (France). Un ouvrage de base et de référence, court, concis, précis abordant la déportation de répression et de persécution. Large iconographie.

LONCIN Joost, Rafle dans les Marolles. Quatre enfants juifs sauvés de la Shoah, Editions Versant Sud, Louvain-la-Neuve 2003.

Avant la Deuxième Guerre mondiale, 65.000 Juifs habitaient notre pays, dont 4.000 dans les Marolles. En suivant l’histoire de Jacky ayant trouvé refuge avec trois autres petits garçons dans une même famille à Bruges, “Rafle dans les Marolles” retrace un ahurissant sauvetage dont le récit se fonde sur des témoignages vécus.

NEFORS, Patrick, Breendonk 1940-1945, Bruxelles, Ed. Racine, 2005

La seule étude scientifique du camp de transit de Breendonk, véritable enfer durant 4 années pour 3500 prisonniers politiques.

POLIAKOV Léon, Bréviaire de la haine - Le IIIe Reich et les Juifs, Calmann-Lévy, Paris, 1979.

Ce livre est la première grande étude consacrée à la politique d’extermination des Juifs menée par les nazis. Dès la fin de la guerre, l’auteur se plongea dans les archives allemandes, dépouilla d’innombrables témoignages, et mit à jour, après 5 années d’efforts, les rouages implacables de l’idéologie et de la technique qui rendirent possible le génocide.

PRESSAC Jean-Claude, Les crématoires d'Auschwitz : la machinerie du meurtre de masse, Paris, CNRS éditions, 1993

Une analyse technique du mode de fonctionnement des chambres à gaz. Il y montre également l’implication de nombreuses firmes allemandes (Töpf und Söhne par exemple). Froid et technique mais ultime.

PRESZOW Gérard, Documents: de Malines à Auschwitz, Rue des Usines, Bruxelles, 1993.

Les curateurs du ghetto. L’association des Juifs en Belgique sous l’occupation nazie, sous la direction de Jean-Philippe SCHREIBER et Rudi VAN DOORSLAER, Editions Labor, Bruxelles 2004.

L’association des Juifs en Belgique (A.J.B.), organisme créé par l’occupant nazi afin de rassembler les Juifs dans une institution obligatoire, n’avait jamais été étudiée en tant que telle. Ses archives, ouvertes pour la première fois à la recherche, constituent la matière principale de ce livre. Elles permettent de comprendre les rouages de l’instrument perfide mis en place par l’occupant dans son entreprise de persécution, puis de déportation des Juifs.

SEMPRUN Jorge, L'écriture ou la vie, Gallimard 1994

Récit autobiographique de la vie dans les camps (Buchenwald) mais aussi de la vie après les camps et de la difficulté à faire partager son expérience. Egalement l’auteur entre autres « Du mort qu’il faut » où il parle de ‘identité qui lui est fournie (celle d’un mourrant) afin qu’il ne puisse être éliminé.

SERENY Gitta, Au fond des ténèbres, Denoël

Rencontre entre une journaliste et Franz Stangl, commandant du camp de Treblinka où furent gazés plus de 900.000 Juifs. Tentative pour pénétrer l’esprit d’un criminel de guerre.

STEINBERG Maxime, L'étoile et le fusil, Vie Ouvrière, Bruxelles, 1983-86, 4 tomes.

Une histoire de l'"Endlösung" dans la Belgique occupée, ses mécanismes, les acteurs allemands et juifs, la Résistance et la déportation.

STEINBERG Maxime, Les yeux du monstre, Hadewijch, Antwerpen / Baarne, 1992.

Analyse du journal d'un médecin SS à Auschwitz, témoin oculaire de l'extermination des Juifs d'Europe de l'Ouest dans les chambres à gaz; réplique aux thèses de Faurisson.

STEINBERG Maxime, La persécution des Juifs en Belgique, Editions Complexe, Bruxelles, 2004.

Cet ouvrage analyse tous les rouages du système qui organise la persécution des Juifs en Belgique sous l’Occupation entre 1940 et 1945. Il définit le rôle et les agissements des acteurs clés, depuis les premières ordonnances antijuives de l’automne 1940 jusqu’aux grandes déportations de l’été meurtrier de 1942. L’auteur met notamment l’accent sur les actes de collaboration classique de fonctionnaires belges mais également sur les agissements de l’Association des Juifs en Belgique (A.J.B.) qui acceptait de représenter les “intérêts juifs” face aux SS, les aidant à administrer les persécutés, puis à les rassembler en vue de les déporter. Un ouvrage essentiel pour comprendre la “solution finale” en Belgique.

STEINBERG Maxime, Un pays occupé et ses juifs - Belgique entre France et Pays-Bas, Quorum, Gerpinnes, 1999.

Au point de départ de ce livre, un paradoxe : Dans la France de “ Vichy “, 3/4 de la population juive survivra à la guerre . Dans la Belgique “ occupée “, près de la moitié de population juive disparaîtra. C’est pour éclaircir le sujet et répondre aux multiples questions, que Maxime Steinberg a conçu ce livre qui réunit divers articles qui ont paru, dispersés dans des ouvrages collectifs et des revues.

VAN DOORSLAER R. (dir), DEBRUYNE E., SEBERECHTS F., WOUTERS N. (a.l.p.d. SAERENS L.)

La Belgique docile. Les autorités belges et la persécution des juifs en Belgique durant la Seconde guerre mondiale, Luc Pire/Ceges, Bruxelles, 2007, 2 vol.

VAN ECK, Ludo, Le livre des camps, Louvain, 1979

Ouvrage daté et vieilli mais qui analyse les principaux camps, pays par pays et renferme une très nombreuse iconographie.

VIDAL-NAQUET Pierre, Les Assassins de la mémoire, Paris, Editions la Découverte, Collection « Points Essais », 1987

WIEVIORKA Annette, Déportation et génocide. Entre la mémoire et l'oubli, Paris, éditions Plon, 1992

WIEVIORKA Annette, Auschwitz, 60 ans après, Editions Robert Laffont, Paris 2005.

C’est pour rendre le camp d’Auschwitz-Birkenau à sa réalité qu’Annette Wievorka le rend ici à l’Histoire. En reconstituant pas à pas les circonstances de sa construction, de ses agrandissements colossaux en fonction des populations qu’il a accueillies, de son choix pour la mise en oeuvre de la Solution finale dans l’Europe occupée, elle éclaire sa spécificité et s’attarde sur des éléments fondamentaux de l’entreprise de destruction des Juifs.

WIEVIORKA Annette. Auschwitz raconté à ma fille, Editions du Seuil - Document jeunesse, Paris 1999.

Historienne, Annette Wieviorka répond aux questions de sa fille sur la Shoah en s’attachantà expliquer les faits avec beaucoup de clarté. Les questions posées sont simples et directes. N’oubliant pas de reprendre les éléments historiques principaux, Annette Wievorka apporte les éléments nécessaires à toute réflexion sur la shoah.

WORMSER-MIGOT Olga, Le système concentrationnaire nazi, Paris, PUF, 1968

Une des premières historiennes à s’être intéressée à l’histoire de la déportation. Elle participe en 1954, comme conseillère historique du film « Nuit et brouillard » d’Alain Resnais. Ce livre est en réalité tiré de sa thèse d’état. Quelques erreurs et approximations qui ont créé la polémique à l’époque n’oblitèrent en rien l’importance de l’ouvrage.

Témoignages - Romans

BEER Régine, KZ A 5148, EPO, Berchem, 1992.

Lorsqu’elle fut libérée dix-neuf mois plus tard elle n’était plus la même. Pendant ces années d’épouvante et d’horreur, elle avait appris à vivre avec la mort. Régine Beer a raconté ses années de guerre dans des centaines d’écoles. Témoigner des atrocités qu’elle a vécues est devenu sa vie. Partout où elle va, elle est assaillie de questions. Ses réponses ont donné naissance à ce livre, véritable appel à la jeunesse : plus jamais le fascisme!

BERLER Willy, Itinéraire dans les Ténèbres - Monowitz, Auschwitz, Gross-Rosen, Buchenwald, L´Harmattan, Paris, 1999.

Le 1er avril 1943, Willy Berler est arrêté à Liège. Jusqu’au 11 avril 1945, date de son anniversaire et de la libération de Buchenwald, il ne pensera qu’à une seule chose : survivre. En toute pudeur, Willy Berler nous parle de ce jeune homme qu’il fut, cet étudiant originaire de Bucovine, arrivé en Belgique en 1938, pour y apprendre un métier. Ce jeune homme comme tous les autres, qui a des amis, une petite amie, qui s’amuse et qui, bien sûr, ne s’est jamais préparé à surmonter l’horreur…

BRODER Pierre, Des juifs debout contre le nazisme, EPO, Bruxelles, 1994.

Pierre Broder, maintenant décédé, fut responsable à Charleroi du Comité de Défense des Juifs, affilié au Front de l’Indépendance. Dans ce livre émouvant, il raconte sa lutte, et celle d’autres Juifs qui avaient lié leur sort à la Résistance et explique notamment comment un grand nombre de Juifs de Charleroi ont pu être sauvés. Il rend un vibrant hommage aux agents communaux qui, au risque de leur vie, ont aidé le C.D.J., et dénonce le rôle de l’Association des Juifs de Belgique, mise sur pied par les Nazis pour enregistrer les Juifs.

DELBO Charlotte, Aucun de nous ne reviendra, Editions de Minuit, 1970.

DURAS Marguerite, La douleur, P.O.L. éditeur, 1985.

Roman autobiographique de M. Duras. Elle raconte le retour de son mari, Robert Antelme, des camps de concentration; l'état de délabrement physique extrême et le très lent processus de retour à la vie; les séances de torture, les exécutions des collaborateurs par la Résistance.

FRANK Anne, Journal, Le livre de Poche.

Une jeune fille juive raconte comment, au fil des jours, elle et sa famille vivent la réalité étriquée de la guerre, cachés dans une mansarde; dans quel environnement difficile, elle est forcée de passer rapidement de la condition d'enfant à celle d'adulte et de surmonter ses sentiments de haine. En 1944, la famille Frank est arrêtée. Anna n'est jamais revenue du camp de concentration de Bergen-Belsen. Son journal fut publié en 1947.

GRASS Gunter, Le tambour, 1959, traduit de l'allemand, Seuil, Collection Points.

La montée du nazisme, vue par les yeux d'un enfant qui refuse de grandir. A également été porté à l'écran.

GRAY Martin, Au nom de tous les miens, Ed. LGF, 1975, Coll. Le livre de Poche.

Roman autobiographique d'une enfance pendant la guerre, dans les ghettos d'Europe de l'Est.

GRONOWSKI Simon, L’enfant du 20ème convoi, Editions Luc Pire, Bruxelles, 2002.

L’histoire de Simon Gronowski aurait dû être celle d’un enfant ordinaire dans une famille ordinaire. Mais il est Juif. Le 17 mars 1943, il est arrêté par la gestapo avec sa mère et sa soeur. Le 19 avril déporté par le 20ème convoi, il saute du train et s’échappe par miracle. Il a onze ans et demi. Sa mère et sa soeur disparaissent à Auschwitz. Malade et brisé de chagrin, son père meurt à Bruxelles en juillet 1945. Simon se retrouve seul au monde à 13 ans. Il décide alors de tourner le dos au passé et de vivre pour le présent et l’avenir. 55 ans après le drame de son enfance, il rompt le silence.

GRONOWSKI Simon, BERTRAND Cécile, PEIGNY Réjane, BOTTE Marie-France, Simon, le petit évadé, Editions Luc Pire, 2005.

Adaptation pour enfants du livre de Simon Gronowski, l'Enfant du 20ème convoi.

GUTMAN C., La maison vide, Gallimard-Jeunesse, 1989.

Un adolescent, dont les parents ont été déportés, est contraint de s'enfuir et de se cacher dans la France de l'Occupation. Une partie du récit est inspirée de l'histoire de la déportation des enfantsde l'orphelinat d'Isieux, en France.

GUTMACHER Félix, Jamais je ne vous oublierai. Félix Gutmacher, matricule 177310, Editions Couleurs livres, Bruxelles 2005.

Félix Gutmacher a été arrêté le 4 septembre 1942 par la gestapo pour le seul fait d’être né “Juif”. Il avait seize ans. Dans le cachot, il rencontre Frieda, une jeune fille de 18 ans arrêtée avec ses parents. Traînés au camp de Malines, ils deviennent inséparables. Félix passera trois longues années dans les camps. Libéré de Buchenwald le 11 avril 1945, il revient en mai ’45 à Bruxelles. Malgré l’enfer des camps et la maladie, il trouve la force de se relever et transmet aujourd’hui un témoignage émouvant.

JOFFO Joseph, Un sac de billes, Ed. Lattès, 1973, Hachette-Jeunesse.

Deux jeunes garçons juifs, en cavale, dans la France de l'Occupation.

KICHKA Henri, Une adolescence perdue dans la nuit des camps, Editions Luc Pire.

Henri Kichka est un des rares déportés à avoir survécu plus de trois ans dans l’enfer des camps, onze au total. Dans cet ouvrage, il raconte son calvaire en termes émouvants et pudiques et parle de son père auprès duquel, fait exceptionnel, il a passé près de trois ans dans l’enfer concentrationnaire.

KOSINSKI Jerzy, L'oiseau bariolé, Livre de Poche, traduit de l'anglais, The painted bird, 1965.

A l'automne de 1939, un enfant est confié à une vieille paysanne, dans un village éloigné d'un pays d'Europe centrale. Ses parents doivent se cacher en raison des activités anti-nazies du père. La vieille paysanne meurt. Dans cette région isolée, les paysans ont le teint clair, les cheveux blonds, les yeux bleus ou gris. L'enfant, lui, a les cheveux et les yeux noirs. Les paysans sont ignorants, brutaux par nécessité, et l'occupation de ces provinces par les Allemands ne fait qu'accroître leur misère et leur sauvagerie. Toute résistance entraîne des expéditions punitives. Le lecteur suit l'enfant au cours de ses années d'errance.

LEVI Primo, Si c'est un homme, Julliard, Pocket, traduit de l'italien, Se questo è un uomo, Turin, 1958.

Résistant, affilié à l'organisation antifasciste Giustizia e Libertà, le jeune chimiste turinois Primo Levi est fait prisonnier par la Milice fasciste en décembre 1943. En tant que Juif, il se retrouva dans le camp de travail de IG Farben Monowitz, qui faisait partie du complexe de camps d'Auschwitz- Birkenau. En 1946, il commence à écrire son livre qui relate sa propre expérience dans les camps. Un classique !

LIEBMAN Marcel, Né Juif, une famille juive pendant la guerre, Ed. Duculot, 1977.

Récit autobiographique de Marcel Liebman; la vie d'une famille juive bruxelloise pendant la guerre.

Paroles d’étoiles – Mémoire d’enfants cachés 1939-1945, Librio, Paris, 2002.

Une série de témoignages exceptionnels d’enfants Juifs cachés en France pendant la guerre. Ces authentiques extraits de lettre, de journaux intimes et de récits autobiographiques sont tendres et poignants et rendent à l’histoire sa dimension humaine.

MALAPARTE Curzio, Kaputt, 1943, traduit de l'italien, Folio.

Italien et écrivain, Malaparte est attaché pendant les années de guerre comme correspondant à l'armée italienne. Kaputt est un roman autobiographique, écrit tout au long de la guerre, au gré des campagnes de Mussolini, en Ukraine, Pologne, Finlande, Laponie.

MERLE Robert, La mort est mon métier, Gallimard, 1976, Folio.

Rudolf Höss fut "Lagerkommandant" à Auschwitz-Birkenau. En 1945, il est arrêté, condamné à mort par un tribunal polonais et exécuté à Auschwitz. Au cours de son procès, Höss sera examiné par le psychiatre américain Gilbert qui en fit un rapport détaillé. Höss lui-même a écrit ses mémoires. A partir de ces deux documents, le romancier français Robert Merle a écrit une biographie fictive de Höss. Egalement porté à l'écran.

MODIANO Patrick, Dora Bruder, Ed. Gallimard, 1997, Folio.

A partir d'une coupure de journal du 31 décembre 1941, le narrateur part à la recherche d'une jeune fille en fugue, Dora Bruder. Il retrouve sa trace au fil des documents consultés dans les archives de pensionnats pour jeunes filles, mairies et commissariats français. Dora, et avec elle d'autres noms et visages, exhumés de la poussière des archives, reprennent vie sous nos yeux, un court instant. L'adolescente Dora retrouva son père. Tous les deux, le père et la fille, quittèrent Drancy le 18 septembre 1942, avec mille autres hommes et femmes, dans un convoi pour Auschwitz.

MODIANO Patrick, La place de l'Etoile, Ed. Gallimard, 1968, Collection Folio.

Rencontre d'un homme avec la mémoire collective d'une époque noire, où se mêlent réalité, fiction, parodie, ironie et humour noir. C'est un roman de la France de l'Occupation.

PRESSAC, Jean-Claude, Les crématoires d’Auschwitz. La machinerie du meurtre de masse, CNRS Éditions, 1993

Pharmacien de formation, collaborateur de Faurisson à ses débuts(1980-1982). Ses études successives à Auschwitz le mènent à devenir un des meilleurs connaisseurs du processus technique de la machinerie nazie à Auschwitz. Il s’agit d’une analyse froide et technique du « comment » du meurtre de masse qui réfute définitivement les thèses révisionnistes.

PROWIZUR-SZYPER Claire, Conte à rebours. Une résistante juive sous l’occupation, Editions Louis Musin, Bruxelles, 1979.

Claire Prowizur-Szyper a commencé à militer dans la section belge de la IVe Internationale peu avant la seconde guerre mondiale. Emprisonnée par les nazis, elle parvint à s’échapper avec Philippe, son mari, du train qui les amenait à Auschwitz et à poursuivre l’activité clandestine jusqu’à la fin de la guerre dans la région de Charleroi.

SCHREIBER Marion, Rebelles Silencieux, Editions Racine, Bruxelles – janvier 2002 Traduit de l’allemand (« Stille Rebellen »)

Le récit tourne autour de l’attaque du vingtième convoi, parti de Malines le 19 avril 1943. Ce livre passionnant, qui raconte l’histoire de la seule attaque d’un convoi de déportés pendant l’occupation, est fondé sur des documents provenant de particuliers, d’archives, de rapports de police et sur des interviews de plusieurs protagonistes encore vivants. Un témoignage d’espoir.

SEMPRUN Georges, L'écriture ou la vie, Gallimard, 1996, Collection Folio.

Un auteur pose la question: est-il possible d'écrire après les camps, est-il possible de nommer l'innommable ?

STYRON William, Le choix de Sophie, traduit de l'américain, Gallimard, Coll. Folio.

Des années plus tard, à New York, Sophie demeure hantée par les démons du passé et le choix Egalement porté à l'écran.

STEINER Jean-Français, Treblinka, Livre de poche, 1966.

Témoignage des camps de concentration, ainsi que d'un événement unique dans l'histoire des camps: la révolte des détenus du centre de mise à mort de Treblinka.

SONNENBLUCK Henri, J’avais 16 ans à Auschwitz, Cercle d’éducation Populaire, Bruxelles, 1990.

SPIEGELMAN Art, Maus, un survivant raconte, traduit de l'américain, Flammarion, 1987.

Maus est une bande dessinée dans laquelle le narrateur, une souris écrivain, couche sur le papier les souvenirs de son père qui ont trait à la guerre. Les persécutions des Juifs sont mises en image, et les hommes sont représentés par des souris, des chats et des cochons. Pour tous les âges. Publié en 2 tomes.

TILLION Germaine, Ravensbrück, éd. Seuil, Paris, 1988

UHLMAN Fred, L'ami retrouvé, Gallimard-Jeunesse, 1978.

Des années après la fin de la guerre, deux anciens camarades de classe d'un athénée allemand se retrouvent ; l'un Juif, l'autre Allemand, avec des parents nazis, dans les années trente.

WEISS Peter, L'Instruction, Ed. Labor, traduit de l'allemand, Die ermittlung, 1965.

L'Instruction est le récit d'un procès, sous la forme d'une pièce de théâtre, rédigé par Peter Weiss après qu'il ait assisté au procès de Nuremberg. On assiste à l'interrogatoire des accusés, qui se défendent en rejetant la responsabilité sur d'autres. Description objective des faits de torture; récits des rescapés; questionnement permanent quant à la responsabilité.

WIESEL Elie, La nuit, Editions de Minuit, Paris, 1958.

Ce que j’affirme, c’est que ce témoignage qui vient après tant d’autres et qui décrit une abomination dont nous pourrions croire que plus rien ne nous demeure inconnu, est cependant différent, singulier, unique... L’enfant qui nous raconte ici son histoire était un élu de Dieu. Il ne vivait, depuis l’éveil de sa conscience, que pour Dieu, nourri du Talmud, ambitieux d’être initié à la Kabbale, voué à l’Eternel. Avions-nous jamais pensé à cette conséquence d’une horreur moins visible, moins frappante que d’autres abominations - la pire de toutes, pourtant, pour nous qui possédons la foi : la mort de Dieu dans cette âme d’enfant qui découvre d’un seul coup le mal absolu ?

Témoignages relatifs à Breendonk

AMERY, J., Par-delà le crime et le châtiment. Essai pour surmonter l’insurmontable, Actes Sud, Arles, 1995

Le témoignage exceptionnel, de grande qualité littéraire et philosophique, d’un rescapé autrichien (Hans Mayer alias Jean Améry) de Breendonk qui se suicidera en . La relation de son passage dans de la salle de torture (pp. 66-79) est une plongée hallucinante dans le ressenti de la personne torturée.

ANTELME, Robert L’espèce humaine, Gallimard, Paris, 2001 (réédition ; 1ère parution en 1947)

Un témoignage exceptionnel sur l’univers concentrationnaire et les marches de la mort par le mari de Marguerite Duras. Non seulement un témoignage mais également une profonde réflexion sur l’humanité.

MARBAIX, Edgar, Breendonk-la-Mort, Bruxelles, 1948.
FISCHER Franz, L’enfer de Breendonk, Labor, Bruxelles s.d.

Ces deux ouvrages ont été réédités par les éditions Jourdan-Le Clerq, Bruxelles, 2009 Deux des premières parutions de récits d’anciens détenus du fort de Breendonk. Des récits sur le vif, essentiels pour comprendre le régime du camp.

HALKIN Léon-E., A l´ombre de la mort, J. Duculot, Gembloux, 1965

Professeur d’Histoire à l’université de Liège, il est arrêté pour son aide aux réfractaires et passe successivement à Breendonk, Saint-Gilles, Gross-Rosen et Dora. Un récit empreint d’une foi inébranlable (préface de Jacques Mauriac).

LEVY, Paul MG, Le Dèfi. 1940: le refus, l'épreuve et le combat, Bruxelles, 1985.

L’ancien président du Mémorial de Breendonk témoigne de sa captivité avec style. Des dessins de Jacques Ochs, autres détenu de Breendonk, émaillent le livre.

SOLONEVITCH, Boris, Breendonk, Bruxelles, 1944

Le témoignage d’un Russe à Breendonk.

Violence & terreur dans le régime nazi

BROSSAT, Alain L’épreuve du désastre. Le XXe siècle et les camps, Albin Michel, Paris, 1996

MOSSE G.L., De la grande guerre au totalitarisme. La brutalisation des sociétés européennes, Paris, 2003

MULISCH, Harry L’affaire 40/61, Gallimard, Paris, 2003

Ce journaliste hollandais assista au procès Eichmann à Jérusalem. Son approche est originale, journalistique mais toujours acérée. Sa relation de l’audition du 18.06.1961 est e.a. extrêmement intéressante.

SOFSKY, Wolfgang L’organisation de la Terreur, Calmann-Levy, Paris, 1995

Sociologie allemand qui démontre brillamment que tout dans l’univers concentrationnaire nazi est penser afin de créer un univers de terreur : le temps, les lieux, l’organisation interne,… Une approche originale et intéressante. Aux pages 281 à 300 : description du « comment » devient-on bourreau.

L’ère de l’épouvante. Folie meurtrière, terreur, guerre, Gallimard, Paris, 2002.

Sofsky s’attaque à la société contemporaine du XXème siècle et la décortique dans son rapport à la violence. Il tente de cerner le pourquoi de cette violence.

TODOROV, Tzvetan Face à l’extrême, Editions Seuil-Essai, Parsi, 1994

Au fil des pages 131 à 227 « ni monstres, ni bêtes », Todorov tente de comprendre.

WELZER Harald, Les exécuteurs. Des hommes normaux aux meurtriers de masse, Gallimard, Essais, Paris, 2007

Nouvel axe d’étude de la violence : la psychologie sociale. C’est l’exclusion des futures victimes de la société humaine qui permet leur extermination et entre autres le manque de remords du bourreau.

Quelques films

Actualité

Généralités
Demain
Aujourd'hui
Hier

Visite du Mémorial

Qui sommes-nous
Le Mémorial
Histoire
Visite virtuelle (vues a 360°)
Les artistes de Breendonk

Frequently Asked Questions

Historique
Pratique
Plan du Fort

Infos pratiques

Horaire d'ouverture
Trajet
Tarifs
Visites guidées
Restauration
Photographies
Règlement général de la visite

Le coin des profs

Introduction
Données pratiques
Infrastructure
Les témoignages audiovisuels
Salle interactive
Livre-mémorial
Plan de la visite
Dossier pédagogique
Séminaires et formation
Bibliographie commentée
& filmographie

Contacts & Liens

Guestbook
Contactez-nous
Liens

Réservation en ligne

Séminaires

Banque d'images